Dominique Fradin, « Légumes de chez nous »

Le choix du maraîchage en circuit court

La Libellule > Côté marais, chroniques > Dominique Fradin, « Légumes de chez nous »

C’est en partie grâce à lui que l’on trouve sur nos belles étales au Super U Saint-Jean-de-Monts, tomates, concombres, aubergines et pommes de terre nouvelles qui n’ont pas fait le tour de la planète, ni même du pays.

Dominique Fradin, producteur maraîcher à Saint-Hilaire-de-RiezProducteur maraîcher à Saint-Hilaire-de-Riez, Dominique Fradin exploite actuellement 8000 m² de champs et 5000 m² de serres. Il s’est également lancé l’année dernière dans la production de radis, navets et cardes pour tester la diversification en hiver.
D’abord exploitant pour une coopérative à partir de 2005, il a choisi l’indépendance en 2014 afin de diversifier ses cultures et vendre le fruit de ses récoltes en circuit court [1] et ce, dans un rayon d’une dizaine de km seulement : essentiellement sur la commune de Saint-Jean-de-Monts, comme aux Sentiers du Marais où Jérôme Trichet organise les réassorts quotidiennement avec lui pour le magasin.

Cela répond à la demande croissante des consommateurs, de produits du terroir ou produits frais, de qualité et de proximité. Et puis, Dominique retrouve ainsi ce qu’il aimait dans son ancien métier, lorsqu’il était chauffeur routier pendant douze ans : le contact avec les clients, la logistique des livraisons, le lien social de bout en bout, de la production à la destination du légume.

L’humain est au cœur de son métier. Il se souvient comme en cette année noire de 2011, quand la tornade avait tout dévasté juste après la crise du concombre, il a pu compter sur le voisinage : une quarantaine de personnes, famille, amis, collègues, voisins et même des inconnus sont venus spontanément remettre l’exploitation sur pied. Un formidable exemple de solidarité spontanée !

Secondé d’avril à octobre par un employé, l’équipe passe à 5 saisonniers en juillet et août pour l’aider à assurer, non seulement les récoltes et l’entretien de l’exploitation, mais également la gestion quotidienne des marchandises et leur transport.
Légumes de chez nous, Saint-Hilaire-de-Riez
Le métier de maraîcher est un métier passion, que l’on ne fait ni pour le salaire ni pour la gloire, mais pour l’amour du produit et de la terre. Dominique trouve sa satisfaction dans le plaisir d’amener un produit plus gustatif que les gens vont apprécier. Ses tomates prennent le temps de croître en serres froides et trouvent leur saveur arrivées à maturité.

Pour l’automne 2017, il projette un agrandissement de surface avec 1500 m² de serres supplémentaires, de façon à se diversifier un peu plus en hiver : augmenter la production de radis, navets et cardes démarrée l’an passé, mais aussi tenter la mâche feuille longue (coupée à la main au couteau, elle est réputée pour ses propriétés très gustatives) ainsi que les épinards.

La Libellule

[1Selon le Ministère de l’agriculture, est considéré comme « un circuit court un mode de commercialisation des produits agricoles qui s’exerce soit par la vente directe du producteur au consommateur, soit par la vente indirecte, à condition qu’il n’y ait qu’un seul intermédiaire » La distance n’intervient pas ici.